0 6 minutes 1 an

L’accroissement de la mortalité routière en France a entraîné certaines mesures venant du gouvernement, notamment du ministre de l’Intérieur. En effet, depuis douze ans, le nombre de morts sur la route a augmenté pour la première fois en 2014. Ce faisant, le kit main libre au volant a été pointé du doigt.

Le kit main libre désormais en interdiction

Auparavant, téléphoner tout en conduisant était interdit par la loi. Les fabricants ont alors proposé les kits main libre pour remédier à cela. Toutefois, à partir du 30 juin prochain, il sera désormais interdit d’utiliser ce dispositif pour communiquer par téléphone avec d’autres personnes tout en étant au volant de sa voiture. En effet, d’après le plan de 26 mesures du ministère de l’Intérieur, l’interdiction de conduire une voiture ou encore une moto ou scooter avec un kit main libre fixé sur les oreilles entrera très prochainement en vigueur.

Quel rapport avec la sécurité routière ?

Toujours d’après le ministère, « Le kit main libre est un dispositif qui l’empêche d’entendre ce qui se passe autour de lui. Le but est que le conducteur garde l’appréhension du monde extérieur ». Ainsi l’utilisation, même d’une oreillette du kit main libre filaire ne sera pas permise, dans le but d’éliminer toute forme de perturbation à l’encontre du conducteur. Cependant, il sera autorisé d’utiliser le kit main libre Bluetooth sans fil. 

Que risque-t-on en cas d’obstination ?

A partir du 30 juin, si l’automobiliste au volant de sa voiture persiste à communiquer via une oreillette ou un kit main libre filaire, et qu’il se fait prendre par un contrôle routier, il risque un retrait de 3 points sur son permis de conduire. 

Mais encore, il faut également savoir qu’une telle infraction est sanctionnée par une amende de 4ème classe, soit une amende qui s’élève à 135 €. D’ailleurs, le ministre de préciser que « Sur la recommandation du Conseil national de la Sécurité routière, j’ai ainsi décidé, sur le modèle de l’interdiction du téléphone tenu en main, d’interdire l’usage au volant de tous les systèmes nécessitant des écouteurs, des oreillettes ou des casques ».

Accident à l’étranger : les lois françaises

Nul n’est à l’abri d’un accident de la route. Et quand l’incident se déroule dans un pays autre que le sien, les ressortissants étrangers peuvent se sentir complètement démunis. La compagnie d’assurance française se montrera-t-elle coopérative ? Que disent les lois françaises sur le sujet ?

Quelle est la loi qui s’applique en cas d’accident à l’étranger ?

Si vous êtes victime d’un accident de voiture dans un pays étranger, la question de l’indemnisation par l’assurance auto se pose inévitablement. Quelle loi s’applique ? Celle de la victime c’est-à-dire la loi française, ou celle du pays dans lequel l’accident s’est déroulé ? Dans le cas de l’incident de la famille française accidentée sur la route de ses vacances au Maroc, durant lequel l’assureur avait refusé de donner une indemnisation aux passagers de la voiture, la Cour de cassation française s’est prononcée en faveur de l’assuré. 

Ainsi, si votre voiture est assurée par une compagnie française, la loi française est de rigueur. Cependant, s’il s’agit d’une voiture de location assurée par le pays étranger, ce sera l’assurance auto de l’opérateur qui entre en action.

Le constat européen d’accident

Dès que l’accident de la route arrive, il est indispensable de remplir un constat européen d’accident, également connu sous le nom de constat à l’amiable. Il faudra le remplir de manière suffisamment explicite et en 2 exemplaires, dont un sera à conserver et un autre à remettre à l’autre personne compromise dans l’accident. Ensuite, votre exemplaire devra être envoyé à votre assureur dans les 5 jours qui suivent l’accident.

Qu’en est-il de l’assistance ?

Pour les questions de prises en charge telles que les soins pour les préjudices corporels, les réparations des dégâts matériels sur le véhicule, ou encore le rapatriement dudit véhicule,… il faudra contacter le plus rapidement possible, le service d’assistance de votre assureur ou bien onlydrive

La responsabilité de l’accident

Si vous êtes victime et non responsable dans l’accident, et si le sinistre a eu lieu dans un pays de la carte verte, vous-même ainsi que vos passagers seront couverts par votre assurance auto, et par l’assurance de responsabilité civile de la voiture fautive. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *