La méditation est une pratique qui n’est plus nouveau pour le monde entier. De plus en plus de gens aussi sont, de nos jours, orientés vers cette pratique pour se guérir ou pour leur propre développement personnel. On va voir alors les effets de la méditation sur la santé et sur le comportement d’un individu.

Les effets sur la santé

De nombreux études ont montré des effets positifs de la méditation sur la santé humaine. Ses effets indésirables sont pourtant mal mesurés ou n’ont pas fait l’objet d’une étude. C’est pour ça que très peu de personnel de santé préconise cette pratique en dépit de ses vertus.

On a pu démonter que la méditation renforce notre système immunitaire. Elle réduit également la pression artérielle ainsi que le douleurs chroniques. Et elle permet une meilleure oxygénation du cerveau. En effet, c’est la respiration qui est la base. Il suffit d’une simple conscientisation du souffle pour augmenter le mouvement respiratoire. Ce qui provoque une meilleure diffusion de l’oxygène dans le cerveau.

Les effets sur le comportement prosocial

La méditation est reconnue pour sa capacité à améliorer la santé mentale mais c’est aussi une des très bonnes méthodes de développement personnel.

En effet, des études ont montré que la méditation améliore le comportement prosocial. C’est surtout la compassion et empathie qui ont le plus connue une amélioration positive. Par contre, on n’a rien constaté de bon sur l’agressivité et les préjugés.

Les effets sont pourtant déterminés par la méthode employée. Il est tout de même important de souligner que c’est la méthode de pleine conscience qui montré le plus de résultat et considéré comme le plus efficace.

Donc, on peut faire de la méditation une mode de vie parce qu’elle s’avère capable d’améliorer la vie sociale, diminuer le stress, rends plus heureux et positif.

Les différents avantages

La méditation réduit la douleur

Plusieurs études ont montré que la pratique de la méditation est bénéfique contre la douleur. Par exemple, des chercheurs de l’université de Californie ont comparé 12 personnes qui avaient une longue pratique de la méditation et 12 témoins. Les personnes qui étaient aguerries à la méditation avaient des réponses cérébrales à la douleur inférieures de 40 à 50 % par rapport aux témoins. Lorsque les 12 témoins ont appris pendant cinq mois la méditation transcendantale, ils ont eux aussi connu une réduction de leur réponse cérébrale à la douleur.

La méditation favorise le bien-être mental

Différentes études ont montré que la méditation limite le stress, l’anxiété et le risque de dépression. Ainsi, dans une étude belge portant sur 400 jeunes âgés de 13 à 20 ans, ceux qui ont suivi un programme de mindfulness montraient moins de signes de dépression, d’anxiété et de stress que les autres, jusqu’à six mois plus tard. Ces jeunes avaient moins de risque de développer des symptômes dépressifs. En 2014, une revue ayant analysé 36 essais cliniques randomisés contrôlés a montré que la méditation pouvait réduire les symptômes de l’anxiété.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *